Commission scolaire de Laval - Les coupes et compressions ont sérieusement affecté le personnel de soutien

LAVAL, QC, le 11 avril 2014 /CNW Telbec/ - « Le personnel de soutien scolaire de la Commission scolaire de Laval a été fortement affecté par les coupes et compressions budgétaires imposées au cours des dernières années. Plusieurs travailleuses et travailleurs sont découragés de voir la réduction du nombre d’heures des postes en plus de l’augmentation de la charge de travail du personnel, et de constater que de l’autre côté, il y a augmentation du nombre de postes de cadres. »

Tel est le portrait de l’état d’esprit de ses 4 428 membres du personnel de soutien scolaire que brosse Yves Brouillette, président du Syndicat lavallois des employés de soutien scolaire (SLESS-CSQ).

« Les membres que nous représentons occupent des postes en soutien technique et administratif. Un peu partout, on constate une sérieuse dégradation des conditions de travail. En effet, alors que depuis cinq ans il y a abolition sur abolition pour le personnel administratif, le personnel travaillant aux services directs aux élèves voit ses postes compter de moins en moins d’heures. La précarité est plus que jamais présente », analyse Yves Brouillette.

Des postes à temps complet en voie de disparition

Le président du SLESS-CSQ ajoute que les postes à temps complet sont de plus en plus rares, pour ne pas dire qu’ils sont devenus quasi inexistants.

« C’est notamment le cas pour les postes en services directs aux élèves, dont les techniciennes et techniciens en éducation spécialisée et les éducatrices et éducateurs en services de garde. Au cours des dernières années, le nombre d’heures par semaine des postes a considérablement diminué, soit d’une moyenne d’environ 3 à 5 heures », rapporte Yves Brouillette.

Un emploi insuffisant pour vivre

Dans ce contexte, le moral du personnel de soutien est à son plus bas à la Commission scolaire de Laval.

« C’est décourageant de constater qu’il devient de plus en plus difficile pour un employé de soutien de réussir à boucler son budget en comptant sur son seul poste. En effet, il n’est pas rare de voir une salariée ou un salarié aux services directs aux élèves tenter de combiner plusieurs postes. Puisque la commission scolaire n’est pas très encline à aller dans ce sens, plusieurs quittent afin d’améliorer leur sort dans un autre milieu. Au secteur administratif, ce n’est guère mieux. Les employés ploient sous le fardeau d’une tâche de plus en plus lourde étant donné le manque de personnel. Même situation désespérante au secteur technique, où plusieurs postes ont été abolis, alors que d’autres sont désormais remplis sur une base cyclique. C’est particulièrement le cas des techniciennes et techniciens en travaux pratiques », indique le leader syndical.

Les besoins des EHDAA négligés

Yves Brouillette dénonce également le fait que les besoins de la clientèle des élèves handicapés et en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA) sont grandissants alors que les budgets sont de plus en plus réduits pour ces postes en adaptation scolaire.

« En effet, la diminution d’heures des postes servant à aider et soutenir cette clientèle, dont le nombre est à la hausse d’environ 9 % par année, est évidente, tant durant les heures de classe que durant les heures au service de garde. Alors qu’il y a des classes d’emplois prévues à cet effet, la CSDL affecte les EHDAA, particulièrement durant les heures de services de garde, à des éducatrices et éducateurs en service de garde, voire même parfois à des surveillantes et surveillants d’élèves et qui ne sont pas formés pour cette clientèle. En plus de ne pas respecter la description de tâche de chacun, prévue au plan de classification, la CSDL vient déstabiliser le lien entre l’élève et son intervenant », précise le président du syndicat.

La qualité des services affectée

En terminant, Yves Brouillette dit souhaiter que les autorités de la commission scolaire prennent conscience qu’il y a une limite à réduire les budgets en soutien scolaire et ainsi affecter la qualité des services offerts aux élèves et à leurs parents.

Profil de la CSQ

La CSQ représente près de 200 000 membres, dont près de 130 000 font partie du personnel de l’éducation. Elle est l’organisation syndicale la plus importante en éducation et en petite enfance au Québec. La CSQ est également présente dans les secteurs de la santé et des services sociaux, des services de garde, du municipal, des loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.

Profil de la FPSS

La Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ) est la seule fédération représentant exclusivement du personnel de soutien scolaire des écoles et des centres du Québec. Elle regroupe près de 27 000 membres travaillant dans les différentes commissions scolaires à travers le Québec.

SOURCE CSQ

Coordonnées

1435, boulevard St-Martin Ouest,
bureau 475, Laval (Québec) H7S 2C6
Téléphone : 450 668-4111
info@sless.ca

Comment s’y rendre ?